Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Stanhopea hernandezii est une espèce aux fleurs de taille moyenne pour le genre (9 à 11 cm) aux pétales et sépales variant du blanc au beige plus ou moins maculés de rouge vermillon selon le clone. Le labelle et la colonne d'un blanc ivoire sont également maculés mais plus finement que les pétales et sépales. La base de l'hypochile est souvent très foncée paraissant presque noire.

S_hernandezii_fleur_alb-1.jpg
L'espèce fleurit aux mois de juin et juillet dans son habitat ainsi qu'en culture en Europe. Comme les autres espèces de stanhopeas primitive, elle produit systématiquement deux fleurs. Délicieusement parfumées, elles ne durent que quelques jours.

 
Emblématique du genre par son histoire, elle était en effet cultivée par les Aztèques à l'arrivée des Espagnols et fût reportée par Francisco Hernandez dans son opus "Rerum Medicarum Novae Hispaniae Thesaurus" au XVIIème siècle d'où son étymologie.

Synonimie et discussions



Stanhopea hernandezii se distingue assez aisément des autres espèces primitives du genre par la forme caractéristique de son labelle. Bien qu'ayant un parfum et des tons similaires à ceux de S. tigrina, elle en diffère nettement par la taille plus petite de ses fleurs, la finesse de ses cornes et sa colonne dont les ailes sont quasi-inexistantes comparées à celles particulièrement larges de Stanhopea tigrina.

S tig comp hernandezii #11
En revanche, la distinguer de Stanhopea maculosa est plus compliqué. En effet, les deux espèces sont très proches et l'on soupçonne une hybridation naturelle entre ces deux espèces dont la distribution se chevauche, et qui se partagent le même pollinisateur (Eufriesia coerulecens).

S. maculosa présente des fleurs dont les tons tirent davantages vers le jaune et dont l'hypochile est plus anguleux et caréné alors que celui de S. hernandezii est parfaitement globuleux.

Distribution



Stanhopea hernandezii est une espèce endémique du Mexique. On la rencontre dans les états de México, du Morelos, du Michoacan et de Guerrero, le long de la ceinture volcanique entre 1700 et 2250 mètres d'altitude. Litophyte, elle se développe sur les escarpements rocheux des ravins et précipices orientés nord, au sein de forêts mésophiles principalement composées de chênes et de pins. Exceptionnellement, on peut rencontrer quelques spécimens épiphytes ou semi-terrestres dans les zones où elle abonde.

S hernandezii carte #1
Ces forêts mésophiles, que l'on appelle aussi forêt des nuages ou forêts de brumes, sont rares au Mexique (moins de 1% du territoire). Elles n'occupent, dans cette région centrale, que des zones de transition très restreintes entre les forêts sèches du bassin du fleuve Balsas et les forêts de conifères des hauteurs de la ceinture volcanique.
De ce fait, les populations de S. hernandezii sont très localisées et peu nombreuses, on recense moins d'une dizaine de stations colonisées par l'espèce.

S_hernandezii_plante_litophyte_-4.jpgLes états de Morelos et celui de México abritent la quasi totalité des populations mais malheureusement, certaines populations de l'état de Morelos sont en très net déclin et ne forment plus que de petites colonies de quelques dizaines de spécimens tout au plus.

Ecologie de l'espèce


 
S hernandezii plante litophyte #1Les régions où se developpent les populations de Stanhopea hernandezii sont soumises à un climat contrasté influencé par le climat de mousson des régions littorales du Pacifique.


Plus précisément, elles sont soumises à un climat semi chaud, subhumide, avec un régime pluviométrique estival et des précipitations hivernales inférieures à 5 %. Ces précipitations atteignent entre 900 mm et 1500 mm par an selon les stations.


Quand aux températures, elles atteignent leurs niveaux les plus élevées au printemps avant le solstice d’été (21 juin) et leurs niveaux les plus faibles en hiver au mois de décembre et janvier en saison sèche lorsque le ciel est systématiquement dégagé et que les écarts de températures jour/nuit sont alors plus importants. Les températures annuelles moyennes sont de 16 à 19°C selon les stations.


Exigences en lumière :


Les populations de Stanhopea hernandezii bénéficient d’une bonne luminosité en raison du nombre réduit d’arbres et d’arbustes s’accrochant aux pentes raides des falaises et ravins qu'elles colonisent mais elles ne sont que très rarement exposées directement au soleil. En effet, poussant sur des falaises globalement orientées vers le nord, les rayons ne peuvent atteindre directement les plantes que quelques heures en fin d’après-midi ou en tout début de journée lorsqu’ils sont encore rasants et "inoffensifs".



S hernandezii plante litophyte #2Cette exposition directe au soleil s’opère surtout en hiver, lorsque le ciel reste dégagé toute la journée (saison sèche - novembre à mai -). En été (saison des pluies - mai à novembre -), le soleil est plus haut dans le ciel et le rayonnement solaire plus intense mais le ciel se couvre systématiquement en milieu d’après-midi et il pleut alors très fortement. Les plantes ne sont alors plus directement exposées au soleil.


Les quelques individus dont l’orientation tire le plus à l’ouest ou à l’est et recevant donc plus de soleil que le reste de la population sont végétativement moins développées mais plus florifères, règle valable pour de nombreuses espèces d'orchidées.


Exigences en températures :


Les mois précédents le solstice d’été, avril, mai et juin, sont les plus chauds, le soleil est au plus haut et la saison des pluies n’a pas encore commencé. Puis, en été, la pluie apportée par les vents chauds du Pacifique limite les pointes de températures et les écarts jour/nuit sont faibles à cette époque de l'année.


stanhopea-hernandezii-chalmita-herminia.jpgA partir du mois de novembre, la pluie commence à s’estomper, les journées deviennent plus fraîches et plus ensoleillées, les températures chutent davantage la nuit et les matinées sont fraîches et humides avec de la rosée et de la brume.


Durant les mois de décembre et janvier, en plein hiver, les températures tombent régulièrement autour des 5°C au petit matin puis elles remontent en journée sans dépasser les 18-20° C grâce au soleil omniprésent en saison sèche.


Exigences en eau :


Entre 900mm et 1500mm
de pluie tombent chaque année par an en saison des pluies selon les stations. L’eau ruisselle alors constamment le long des rochers, les fougères et mousses sont imbibées d’eau et les plantes sont constamment irriguées  sans jamais sécher. Les pentes verticales assurent un parfait drainage.


S hernandezii plante épiphyte #1En hiver, le ruissellement d’eau s’estompe, les mousses sèchent, les frondes des fougères épiphytes de type Polypodium sèchent et les caducifoliés perdent leurs feuilles. Les plantes ne reçoivent donc plus d’eau et subissent une sécheresse prononcée de plusieurs mois. L’aspect général de la végétation change profondément.

Les réserves d’eau accumulées en été dans les pseudobulbes des Stanhopea, l’ombre due à leur orientation et l'humidité due aux chutes de températures nocturnes permettent aux plantes de subsister à cette sécheresse prononcée.



Conservation et menaces



Plusieurs facteurs jouent en défaveur de la survie de l'espèce dans son milieu ambiant. En effet, l'espèce a une répartition géographique très réduite, 7 des 9 des populations se regroupent dans les seuls états de México et de Cuernavaca qui ont vu leur démographie exploser ses vingt dernières années.
Cette pression démographique se traduit par une altération majeure de l'habitat de l'espèce transformé en cultures ou en habitations. Pour ces raisons, les populations de l'état de Cuernavaca sont particulièrement menacées et 2 des 4 populations existantes ne regroupent plus que quelques spécimens voués à disparaître ces prochaines années (populations de Tlayacapan et de la colonia del bosque à Cuernavaca).

Un autre facteur menaçant sa survie dans son milieu ambiant est son nombre réduit de populations. En effet, l'espèce exige un environnement bien particulier pour se développer et ses colonies se concentrent sur quelques ares où les conditions d'ensoleillement, d'humidité et de température sont propices.
De ce fait, une population peut être anéantie très rapidement par une légère modification de l'habitat. Dans le municipe de Temascaltepec par exemple, près d'un millier de spécimen se concentrent sur quelques rochers et l'introduction de bétail dans cette zone ou la coupe des arbres participant au maintien du microclima si propice anéantirait en quelques mois une des populations la plus représentative et encore intacte.

Citons encore les incendies de forêts qui sévissent au mois de mai au plus fort de la saison sèche ou encore, à la même saison, la coupe des feuilles par les paysans qui nourissent leur bétail avec des broméliacées ou des orchidées lorsque l'herbe à sécher.

Ceci étant, l'état de conservation de l'espèce in situ n'est quand même pas aussi critique que celui d'autres espèces de Stanhopeas mexicaines comme S. oculata ou S. tigrina qui ont vu leurs populations être devastées à la fois par la transformation de leurs habitats mais aussi par des collectes massives destinées au collectionneurs.

En résumé, le "désintérêt relatif" des collectionneurs associé à la protection naturelle de certaines colonies accrochées aux flancs de falaises isolées et hors d'atteintes ont permis à l'espèce de survivre dans son habitat malgré le faible nombre de populations, sa distribution réduite et la croissance galopante des populations humaines et de ses méfaits sur l'environnement dans ces régions centrales du mexique.

 

 

S_hernandezii_habitat_-1.jpg 

 --------------------------------------

 

A voir aussi :

 

 

 --------------------------------------

 

Texte et Photos par Edouard FARIA et Jesus HERNANDEZ. Toute utilisation et reproduction sans autorisation préalable est interdite. 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Littérature


THE STANHOPEA BOOK
     

 

Référence actuelle du genre par

Dr. Rudolf JENNY

 

Stanhopea Titelseite

 

Les 67 espèces, les hybrides naturels et artificiels sont décrits et illustrés à l'aide de plus de 850 photos en couleur. L'histoire, la taxonomie, les différentes formes et l'écologie de chaque espèce sont revues sans oublier les techniques de culture.

 

Renseignements et achats directement auprès du Dr. Rudolf JENNY au mail suivant :

 

RJOrchid@gmx.ch