Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 14:06

        Bonsoir,
 
Je partage avec vous aujourd'hui un premier article sur deux stations explorées en Nouvelle-Calédonie au mois d'avril.
   
J'ai pu cette année approfondir des zones peu explorées l'an dernier lors de ma première venue sur l'île mais aussi découvrir de nouveaux site et même me rendre à l'extrême nord de l'île pour réaliser l'ascension du mont Ignambi, troisième sommet du massif du Panié, un site difficile d'accès et peu exploré.
 
J'ai croisé des centaines d'orchidées lors de ces excursions et plus de 30 espèces différentes en fleur parmi les 200 espèces recensées sur l'île, pour la plupart endémiques et souvent peu documentées.  
 
Cette 1ère partie nous emmène dans deux stations du Sud de l'île, la Réserve Botanique de la Chute de la Madeleine et le site de Port Boisé, à l'extrême sud de l'île face à la mer.

La réserve botanique de la Chute de la Madeleine
 
Un site du sud de l'île exceptionnel, d'une richesse botanique inouïe. 168 espèces végétales y sont recensées dont 95% endémiques de la Nouvelle-Calédonie. Les espèces de conifères primitifs et le "bois bouchon", Retrophyllum minor, sont les espèces les plus prestigieuses du parc mais les orchidées ne sont pas en reste. On y trouve de très belles espèces comme Eleutheroglossum ngoyense qui se développent sur les branches des Araucaria muelleri ou encore Cannaeorchis verruciferum, espèce terrestre, qui profite de l'humidité maintenue par les lichens terrestres du genre Cladonia pour s'établir.
 
Chute de la madeleine 
 
Cannaeorchis verruciferum et staetoglossum
 
synonyme : Dendrobium verruciferum et staetoglossum section Cannaeorchis.

C
es deux espèces endémiques se rencontrent ici abondamment et bien que fleurissant simultanément et appartenant à la même espèce ou section, elles ne s'hybrident pas.   
 
 Cannaeorchis-species-2.jpg
 
 Les plantes de Cannaeorchis verruciferum atteignent 1 à 1,5 mètre de hauteur et forment des cannes plutôt fines par rapport aux autres espèces du genre. Les fleurs sont agréablement parfumées et les sépales et pétales sont rouge-orange, le labelle vert-jaune. Quelques spécimens, aux couleurs plus prononcées, présentent une coloration rouge et jaune de la moitié inférieure du labelle. Les fleurs se présentent aux nombre de 1 à 3 par inflorescence et restent dirigées vers le sol. Les fleurs sont faiblement colorées à leur ouverture puis se colorent au fil des jours.
      Cannaeorchis-verruciferum--fleur-3.jpg
 
Cannaeorchis staetoglossum présente des plantes plus robustes atteignant 2 mètres et ces fleurs, beaucoup moins remarquables que Cannaeorchis verruciferum, sont unicolores d'un jaune pâle légèrement pointillé. S'ouvrant à peine, elles restent orientées vers le sol comme C. verruciferum.
 
L'attraction du pollinisateur s'opère par la sécrétion de nectar comme en témoigne la présence systématique de fourmis à la base de la colonne et du labelle (ce qui n'est pas le cas de C. verruciferum).
 
 
Eleutheroglossum ngoyense
 
synonyme : Dendrobium ngoyense section Eleutheroglossum

 
Une espèce remarquable, endémique, que l'on rencontre ici sur les petits Araucaria muellerii qui peuplent la cuirasse ferralitique des abords de la Rivière des Lacs. La plante est de petite taille, d'une dizaine de centimètres et produit entre 1 et 3 fleurs par inflorescence, remarquables par leur taille et leur labelle.

 
 
eleuther.jpg
 
    habit.jpg
 
L'espèce se rencontre également dans les maquis bien préservés des alentours du Lac en Huit toujours sur de fines branches.
 
 
Eleu.jpg
 
Dendrobium odontochilum
 
synonyme : Tropilis odontochila
 
On trouve deux formes différentes de ce Dendrobium sur l'île. La forme dite "de montagne" et celle que l'on trouve ici dans un environnement plus sec et plus chaud à moins de 200 mètres d'altitudes. Cette forme de basse altitude présente des plantes moins robustes, plus effilées et des fleurs  fragiles de texture moins consistante que la forme de montagne. Elle se développe ici épiphyte s'établissant à la base des arbrisseaux bénéficiant d'un ensoleillement partiel alors qu'en montagne, elle se rencontre épiphyte en forêt en situation plus ombragée à plusieurs mètres du sol.
 
D'autres différences sont également notables entre les deux formes, la forme de basse altitude est complètement blanche alors que du rouge et du jaune colorent le labelle des formes d'altitudes. La disposition des fleurs est également différente d'une forme à l'autre, elles sont toutes résupinées sur les spécimens rencontrés à basse altitude alors qu'en montagne elles sont moins nombreuses par inflorescence et ne sont pas toujours résupinées. Personnellement, je ne suis pas convaincu que ces deux formes appartiennent à une seule et même espèce.
 
 Dendro-odonto.jpg
 
 
Prasophyllum calopterum
 
Espèce terrestre endémique et peu commune des maquis au sol latéritique de l'île. L'espèce est très discrète et demande une attention particulière pour la repérer. Une seule plante a été observée ici à la Madeleine. D'autres plantes ont été également observées dans le maquis de la région de Poro.
 
prasophylum calopterum in situ 2
 
La plante atteint 20-25 cm, la tige grêle est érigée et comporte une vingtaine de petites fleurs résupinées en clochette de couleur jaune-verdâtre. Une petite protubérance de couleur rouge marque la base du labelle.
 
 
Drosera neocaledonica et Cladonia

 

Le site est également remarquable pour ses populations de Drosera neocaledonica qui poussent ici par centaines sur le sol latéritique et pauvre en nutriment caractéristique du sud de l'île. On les retrouve entremêlés aux lichens du genre Cladonia.

 
 
 Habitat-Drosera-neocaldeonica-1.jpg
        Cladonia sp.
 Cladonia floerkeana
      


Le site de Port Boisé
     
A l'extrême sud de l'île, le site de port Boisé est une station d'orchidée des plus étonnantes. La végétation se compose de quelques arbrisseaux et d'Araucaria nemorosa qui recouvrent la cuirasse ferralitique de la zone. A première vue je n'aurais jamais cru que des orchidées puissent s'établir ici, on est si loin du cliché de la "cloudforest" !!! Et pourtant... les orchidées pullulent et l'on y trouve Sarcochilus rarus  qui ne se développe qu'ici. Une espèce non seulement endémique à la Nouvelle-Calédonie mais endémique à ces quelques hectares !!!
 
site-de-Port-Boise.jpg
       
En plus de cette espèce très localisée, on rencontre également des espèces répandues dans toute l'Asie du Sud-est comme Luisia teretifolia, Appendicula reflexa, Thelychiton comptonii (syn. Dendrobium gracilicaule), Flickingeria comata, Dockrillia bowmanii  ou encore d'autres espèces calédoniennes comme Cannaeorchis fractiflexa, Eriaxis rigida, Dendrobium odontochilum et des Bulbophyllums que je n'ai pu identifier. Beaucoup d'espèces donc pour cette station du bout du bout du monde.
 
Vegetation-port-Boise.jpg

Sarcochilus rarus
  
Une espèce particulièrement localisée et rare comme son nom l'indique puisqu'elle ne se rencontre que sur ce site où elle est abondante. Elle se développe épiphyte accrochée à la base des troncs des arbustes mais aussi sous forme saxicole et même terrestre parfois. La plante reste toujours bien dégagée de son support, seules quelques racines s'y accrochent.

sarcochilus-rarus.jpg
 
   
Appendicula reflexa
 
Espèce que l'on rencontre ici sous forme terrestre ou semi-terrestre s'établissant à la base des troncs des arbustes. Sur d'autres stations comme à Rivière bleue, l'espèce est épiphyte à plusieurs mètres du sol.
 
Appendicula-reflexa.jpg

Dockrillia bowmanii
 
Synonyme : Dendrobium bowmanii, Dendrobium chalandei.
       
Très jolie espèce délicatement parfumée peu fréquente à Port Boisé sur les rochers et branches au sol bénéficiant d'un ensoleillement partiel. La même espèce a également été rencontrée  dans la région de Sarraméa haut dans les arbres directement exposée au soleil. Son parfum rappelle le muguet.

Dockrillia-bowmanii.jpg
     
Flickingeria comata
     
 Espèce très abondante dans cette station qui est un des rares sites où elle se rencontre en Nouvelle-Calédonie. Elle se rencontre ici toujours saxicole, à même la cuirasse ou sur des rochers. Souvent en plein soleil, les arrières sont alors souvent asséchés ou même brûlés. C'est une des rares orchidées indigènes cultivée par les habitants.
     
          Flickingeria comata

Luisia teretifolia
  
Une espèce largement répandue en Asie du Sud-est que l'on rencontre ici en situation chaude et bien exposée au soleil. Elle colonise les grands arbres isolés et bénéficie ainsi d'un bon ensoleillement. La coloration intense du labelle est remarquable.
 
   Luisia-teretifolia-3.jpg

    Luisia-teretifolia-5.jpg
Albums photos à voir :

 

- orchidées de Nouvelle-Calédonie

- plantes carnivore de Nouvelle-Calédonie

- paysages et forêts de Nouvelle-Calédonie

- plantes remarquables de Nouvelles-Calédonie  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JANI 06/02/2012 23:24

C'est un plaisir de visiter votre blog. Jani

Edouard 07/02/2012 17:58



Merci Jani !



Francine78 04/10/2011 22:43


Extraordinaire site, comme le dit Bernard sur son blog. J'aime les orchidées et j'en ai de + en + mais je me sens toute petite devant toutes celles que je viens de voir. Amitiés de Francine


Edouard 04/10/2011 22:56



Bonjour Francine,


C'est justement ce qu'elles ont de fascinant, leur diversité est si vaste qu'il faudrait plusieurs vies pour en venir à bout... et l'on ne cesse de s'émerveiller... je pense qu'on
ne retrouve dans les collections qu'un petit 10 % de l'ensemble des espèces qui existe, ça laisse de la marge... A bientôt



Américo Pereira 05/06/2011 20:50


Mais uma vez parabéns e obrigado por partilhar connosco mais esta bela "viagem" por sitios tão remotos, notáveis e ricos em espécies vegetais, sobretudo pelas orquídeas, muitas delas para mim
desconhecidas.


Edouard 07/06/2011 08:13



Hola Américo,


Obrigado por seus encorajamentos. Eu também, às vezes não reconheça as  espécies encontradas nem o gênero muchas vezes !!! Ha muito poucos dados relativas a las orquideas de
Nueva_Caledonia que son fabulosas !!! Outros artigos serão publicados os proximos dias de estes mismo viagem. Adéus. 



jujulen51 05/06/2011 18:53


c'est vrai que ça pourrait être sympa, je vais transférer ta publication à plusieurs membres de l'asso, en principe je le fais à chaque fois


Edouard 07/06/2011 08:13



Merci Bernard, à plus



jujulen51 05/06/2011 12:41


si un jour tu trouves une gousse à maturité, j'en connais une qui se ferait un plaisir de faire le semi


Edouard FARIA 05/06/2011 14:37



C'est vrai que j'ai toujours pas repris contact avec votre présidente... je suis impardonnable, il faut absolument que je le fasse parce qu'il y aurait des choses vraiment sympa à faire...



Littérature


THE STANHOPEA BOOK
     

 

Référence actuelle du genre par

Dr. Rudolf JENNY

 

Stanhopea Titelseite

 

Les 67 espèces, les hybrides naturels et artificiels sont décrits et illustrés à l'aide de plus de 850 photos en couleur. L'histoire, la taxonomie, les différentes formes et l'écologie de chaque espèce sont revues sans oublier les techniques de culture.

 

Renseignements et achats directement auprès du Dr. Rudolf JENNY au mail suivant :

 

RJOrchid@gmx.ch